DIMANCHE 6 DÉCEMBRE 2009

Bienvenues, bienvenus sur Asante

Bonjour a toutes et a tous. Les contes et légendes qui suivront sont authentiques, sortis de la parole de personnes africaines, citoyens de leur pays et vous seront transmis tel que je les ai enregistre lors de mes années d'Afrique. Ils vous seront transmis tels qu'ils m'ont été transmis afin de garder le charme et l'authenticité de la parole. Comme vous le savez, il s'agit la de trésors de littérature verbale, transmis depuis le fond des ages, de bouche a oreille entre les populations, dans les villages et les villes de ce magnifique continent que constitue l'Afrique. Je vous souhaite une bonne lecture et j'espère que vous apprécierez.

mardi 8 décembre 2009

Mukoshi l'orpheline

Dans un village vivait une très belle orpheline nommée Mukoshi. Mukoshi était d'une  simplicité et d'une gentillesse telle que tout le village la considerait avec le plus grand
respect. Mukoshi vivait avec sa belle-mer et sa demi sœur. Celle-ci jalouse de Mukoshi, la
faisait travailler dur et sans relâche.
Les quelques rares moments ou Mukoshi parvenait a s'échapper de la maison, elle les passait
sur la tombe de sa mère, qui on ne sait pas pourquoi, ne répondait jamais aux appels de sa
fille.
  Malgré tout ce qu'elle endura, Mukoshi devint de plus en plus belle, tandis que sa demi sœur
s'enlaidissait de jour en jour.
La marâtre n'en pouvait plus et ordonna au père de Mukoshi de la faire disparaitre.
On fit ensuite croire que Mukoshi était décédée d'une maladie.
Tres peine par cet événement, tout le village porta le deuil des lunes durant.
Tout autour de la tombe de Mukoshi, poussèrent des fleurs si merveilleuses que chaque
soir avant de s'enfermer dans leur case, les habitants du village et leur chef s'y rendaient
pour méditer.
Mise au courant, la marâtre ordonna a son mari de bruler la tombe de Mukoshi avec toutes
les fleurs.
Mais le lendemain matin, on trouva sur les lieux des cendres splendides.
La femme de plus en plus jalouse ordonna une fois de plus a son mari d'aller jeter les
cendres dans la rivière, aussitôt fait, l'eau devint limpide, bonne a boire et détenait
un pouvoir guérisseur.
Un jour la marâtre, le père et la demi sœur s'y risquèrent et furent atteins d'un terrible
malaise qui les fit souffrir tout le reste de leur vie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire