DIMANCHE 6 DÉCEMBRE 2009

Bienvenues, bienvenus sur Asante

Bonjour a toutes et a tous. Les contes et légendes qui suivront sont authentiques, sortis de la parole de personnes africaines, citoyens de leur pays et vous seront transmis tel que je les ai enregistre lors de mes années d'Afrique. Ils vous seront transmis tels qu'ils m'ont été transmis afin de garder le charme et l'authenticité de la parole. Comme vous le savez, il s'agit la de trésors de littérature verbale, transmis depuis le fond des ages, de bouche a oreille entre les populations, dans les villages et les villes de ce magnifique continent que constitue l'Afrique. Je vous souhaite une bonne lecture et j'espère que vous apprécierez.

mercredi 13 mai 2009

La veuve roublarde

Dans un village de brousse, vivait une veuve. Son defunt mari lui avait laisse pour toute
fortune une pauvre case, quelques vieux objets et un fils nain.
Celui-ci grandit sous les soins de sa mere qui le nourrissait, l'habillait, le cajolait.
Les annees passerent et personne n'avait jamais vu l'enfant de la veuve. Un jour celle-ci
decida de le marier. Elle le cacha dans une grande calebasse au fond de la hutte et partit
vers un village voisin. Arrivee, elle choisit le plus jolie fille du village et se presenta chez
ses parents.
- Ou est ton fils demanda le pere de la jeune fille ?
- mon fils est loin, dans un autre village ou il travaille.
- Et quand reviendra-t-il ?
- Je ne sais pas exactement, mais il reviendra surement.
- Bon, cela ne nous gene pas au fond. Mais dis moi, toi sa mere qui le connait bien...
- Comment est-il ? est-il bon ? beau ? grand ? fort ? Enfin est-il capable de rendre ma
fille heureuse ?
- Oui repondit la veuve sans scrupule.
- Il est tres beau, tres grand, un vrai geant quoi. Et avec cela, il a une excellente sante.
Ha tata, tu ne peux pas savoir combien mon fils est bon et fort.
Le pere appela sa fille et lui repeta les paroles de la veuve.
Seduite, la jeune fille accepta le mariage sans autres explications.
La veuve versa la dot exigee et rentra chez elle.
Quelques temps apres, la jeune fiancee vint habiter chez la future belle-mere selon la
coutume. Ensemble les deux femmes attendaient le retour du mari.
Le temps s'ecoulait et le mari tant attendu ne se presentait pas.
La future epouse commenca a cultiver la terre pres du village afin de presenter une
riche recolte a celui qu'elle attendait.
Les mois passerent, les annees aussi. Les recoltes etaient bonnes et les deux femmes
s'enrichirent. La veuve decida de prendre quatre autres filles pour son fils.
C'est ce qu'elle fit en signalant que son fils etait beau, grand et bon et qu'il devait
retourner au village sans pus tarder.
Les quatre nouvelles fiancees vinrent habiter avec leur future bell-mere. Les six femmes
travaillerent au champ, les annees passerent, les recoltes etaient bonnes.
Maintenant la veuve etait riche et enviee par tout le village.
Durant toutes ces annees, le fils vivait toujours au fond de la calebasse et ne sortait que
quand les femmes etaient au champ.
Un jour, comme d'accoutume les six femmes se leverent tot le matin et partirent au
champs, quand la plus jeune des cinq fiancees se sentit mal. Elle dit :
- Mere, j'ai des maux de tete, je retourne au village.
- Elle quitta le champ, quand elle s'approcha de la case, elle entendit quelqu'un chante
a l'interieur.
- Je suis un nain, j'ai de petits bras, de petites jambes et pourtant ma mere m'a marie
a 5 jeunes femmes, grandes et belles.
La jeune fille, surprise se precipita a l'interieur et n'en crut pas ses yeux.
- Qui es-tu ? Et que fais-tu ici ?
- Je suis ton mari, le fils de la veuve.
- Quoi ? Toi mon mari ? Mais tu es un nain affreux.
- Oui, c'est moi ton mari, et celui des quatre autres aussi, et je suis content. Voila
pourquoi je chante.
La jeune femme se saisit du petit bonhomme et furieuse le cacha dans le coin. A ce
moment, la belle-mere et les quatres autres femmes arriverent. La jeune femme appela
alors tous les gens du village, prit le nain et le montra a l'assistance en disant :
- Voila le fils auquel cette vieille nous a mariees, voila le fils dont elle vantait la beaute
et la force, voila celui qui etait soi-disant loin au travail.
Les villageois huerent la veuve, les jeunes femmes quitterent le village et retournerent
chez elles, quand a la vieille et son fils, ils terminerent leur vie dans la honte et la
misere pour etre punis de leur mensonge.

Ainsi jeunes gens, il faut choisir. Il faut apprecier personnellement quelqu'un avant de
vous marier, afin de mieux pouvoir aimer par la suite.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire