DIMANCHE 6 DÉCEMBRE 2009

Bienvenues, bienvenus sur Asante

Bonjour a toutes et a tous. Les contes et légendes qui suivront sont authentiques, sortis de la parole de personnes africaines, citoyens de leur pays et vous seront transmis tel que je les ai enregistre lors de mes années d'Afrique. Ils vous seront transmis tels qu'ils m'ont été transmis afin de garder le charme et l'authenticité de la parole. Comme vous le savez, il s'agit la de trésors de littérature verbale, transmis depuis le fond des ages, de bouche a oreille entre les populations, dans les villages et les villes de ce magnifique continent que constitue l'Afrique. Je vous souhaite une bonne lecture et j'espère que vous apprécierez.

mercredi 13 mai 2009

fable d'un chef du village qui a organise un feu de brousse et qui avait 2 femmes : Nguundu et Nkeengi


Lorsque le chef faisait bruler sa brousse, d'abord il entourait celle-ci d'un filet. Ce chef portait une longue barbe a laquelle il attachait des ficelles de son filet. Et tandis que la brousse brulait, le chef chantait :
- Nguundu ma mie,
- Viens, viens eteindre le feu de ma barbe.
- Je t'en supplie, viens, viens eteindre le feu de ma barbe.
- Nguundu ma vie,
- Ces sabots,
- Viens eteindre le feu de ma barbe.
Ceci signifie que chaque fois que le chef du village commencait a chanter :
- Nguunda, ma mie, viens, viens...
Nguunda se mettait en colere. ... Nguunda se mettait en colere a cause de l'attitude du chef a
son egard. En effet, quand celui-ci faisait bruler la brousse, il donnait du butin a Nguundu que
des sabots.
Le reste il le donnait a Nkeengi.
Et pourtant a chaque feu de brousse, c'etait Nguundu qui se donnait la peine d'eteindre le feu
a la barbe de leur mari.
Celui-ci en effet, avait coutume, chaque fois qu'il brulait la brousse, d'entourer celle-ci d'un
filet de l'extremite duquel partait une ficelle qui etait attachee a sa barbe.
De la sorte, toutes les betes tombaient a l'interieur de la brousse, prises par le feu.
Et a la fin de chaque capture, Nguundu ne recevait que des sabots.
Finalement, decouragee parce qu'elle se voyait refuser le gibier, Nguundu laissa son mari se
calciner par le feu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire